4 janvier 2016

Un mode de vie alternatif en ville c'est possible?

Paris 2050 par Vincent Callebaut
Quand on vit à Paris depuis un moment on est comme pris dans un engrenage dont on a vraiment beaucoup de mal à sortir. Ce fameux métro - boulot - dodo nous fait souvent oublier l'essentiel, comme de bien manger, de bien dormir, d'avoir une réelle activité physique (non les sorties shoppings et éviter les escalators ne sont pas vraiment compris comme du sport), bref de faire simplement attention à son bien-être dans une ville où l'on se presse sans arrêt. On a toujours tendance à faire ses courses dans les épiceries de (très) grandes distributions où tout est sous vide, encore congelé, "cuisiné" avec trop de sucre, de sel ou de graisses, à acheter des fruits et légumes des quatre coins du monde alors que nos agriculteurs aux portes de la ville se font saigner par les hypermarchés, à grignoter des biscuits saturés d'huile de palme, à tout simplement céder à la facilité parce qu'on a du mal à jongler entre le travail, les amis, la maison, prendre un verre en terrasse plutôt qu'un jus bio, se goinfrer de céréales soit disant légères mais tellement sucrées en regardant la télé au lieu de préparer le chou-fleur qui traîne dans le frigo depuis une semaine. Et quand bien même on essaye de surveiller notre alimentation, d'alterner le lait de vache avec d'autres comme le lait d'amande, on se rend compte stupéfait que dans un litre de lait d'amande ces grands bienfaiteurs de l'agro-alimentation de masse ont la bonne idée d'ajouter 40 à 50g de sucre!!!

Petit à petit j'ai donc décidé de faire plus attention à mon alimentation et mon hygiène de vie. Car je vois trop, dans ma famille ou ailleurs, des problèmes cardio-vasculaires passé la cinquantaine, je vois trop le traitement ignoble que l'on inflige aux animaux destinés à finir dans nos assiettes, je vois trop les pesticides, produits chimiques et autres antibiotiques qui circulent dans l'agriculture et l'élevage pour ne pas en être alerté et commencer à réfléchir à une alternative. Ce n'est pas comme si, en plus de tout ça, j'étais de cette jeune génération qui a grandit avec l'image de cette vache folle anglaise ne tenant plus sur ses pattes arrières, finissant par s'affaisser sur elle même. Le questionnement n'est donc pas apparu tout à coup ces dernières semaines, ou par un effet de mode des bobos de mon quartier tous étrangement intolérants au gluten en même temps. Depuis le plus jeune âge nous avons vécu avec cette épée de Damocles qui aujourd'hui, je pense, se rapproche beaucoup trop dangereusement du sommet de notre crâne.

Mais encore beaucoup de questions restent en suspens, notamment quand on commence à éliminer les protéines animales de son alimentation on pense forcément aux carences que cela peut engendrer si l'on ne trouve pas les bons aliments de substitution. On peut se demander aussi si arrêter le lait ne serait pas dangereux pour nos os, si le soja ne poserait pas quelques problèmes hormonaux, quel serait aussi le petit déjeuner parfait, si les légumes de petits producteurs ne seraient pas meilleurs pour la santé.

C'est aussi pour ça que j'ai décidé d'ouvrir ce blog, pour vous faire partager mes découvertes, vous sensibiliser sur ce que je trouve important, vous poser des questions, et pour tenir un petit journal de bord de toute l'énorme logistique qu'il va falloir mettre en place pour que cette vie pleine de santé puisse cohabiter au mieux avec le rythme de vie parisien ... ce qui croyez moi n'est pas du tout évident au premier abord (rien que d'imaginer faire les courses à la manière "zero waste" sans voiture c'est déjà le cauchemar!).

Alors, partant pour cette nouvelle aventure? 

2 commentaires: